EL MOUDJAHID - alger : Université d’été de l’USTHB : Partager l’expérience et l’expertise acquise à l’étranger

Mardi, 28 Août 2018

Imprimer

L’Université des sciences et technologie Houari-Boumediène a abrité, hier, la première université d’été organisée en collaboration avec la diaspora algérienne aux États-Unis, avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et la Fondation algéro-américaine des sciences.
Cette université d’été, qui se tient du 8 au 14 juillet, est centrée sur plusieurs thématiques, telles que les réseaux intelligents, la biologie, la biotechnologie, la cancérologie et le génie civil.

Selon le recteur, M. Mohamed Saïdi, la fondation algéro-américaine a mobilisé une quinzaine d’experts algéro-américains dans différents domaines. Des experts qui rejoindront plus de 30 spécialistes et professeurs de la recherche issus des universités algériennes. «Ces derniers vont procéder à la formation de plus de 300 doctorants au niveau national. Des conférences, des séminaires seront animés par ces experts sur des sujets liés aux dernières découvertes et à l’avancée de la science à l’heure actuelle dans leur spécialité. Ces rencontres vont également leur donner l’opportunité et les moyens de nouer des relations avec les laboratoires de recherche qui existent à l’étranger, et initier une collaboration avec nos universités», a expliqué M. Saïdi.
Pour sa part, la représentante du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Cherifi, a indiqué que cette initiative se veut un moyen de rapprochement de nos universités et institutions avec les institutions américaines. Elle permettra également aux enseignants-chercheurs, les doctorants en particulier, de situer et d’échanger autour de leurs travaux de recherche et ceux de leurs camarades  les thématiques retenues pour cette université d’été. Des thématiques qui sont d’actualité.
Mme Cherifi a rappelé à ce titre que l’année 2016 a été consacrée comme étant l’année de «l’assurance-qualité». «Depuis cette année cette notion commence à être constatée dans tous les domaines», a-t-elle estimé, et de poursuivre que 2017 a été consacrée aux projets stratégiques de développement d’établissements. «Ceci va développer l’assurance qualité», a-t-elle dit, et d’ajouter qu’il s’agit de «deux projets qui se complètent».  «Les projets stratégiques de développement des établissements porteront les institutions à la hauteur de l’échelle internationale», a-t-elle conclu. Le directeur général de recherche scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. AbdelhafidAourag, a souligné dans son intervention, l’importance de la formation et l’accompagnement des compétences algériennes afin que ces derniers puissent créer de la valeur ajoutée. «Aujourd’hui l’environnement de la recherche est en plein mutation et connaît un essor remarquable», rappelle le directeur général de la recherche relevant que «la demande de retour au pays est forte actuellement». M. Aourag assure que «200 cerveaux sur lesquels l’Algérie peut compter pour lancer des projets structurants, sont sélectionnés car il est question de transfert technologique.»
M. Aourag a regretté cependant, le fait que les chercheurs et universitaires algériens ne soient ni sollicités ni intégrés dans la dynamique de développement du pays. Poussant plus loin son constat amer, il considère que ces derniers sont «marginalisés» sinon ignorés par les leaders de l’économie nationale, «lesquels préfèrent en appeler à l’expertise étrangère», regrette-t-il.
Intervenant à la même occasion, le président de l’AAF, le professeur TahaMerghoub, également membre associé au laboratoire MemorialSloanKettering Cancer Center aux Etats-Unis, souligne que l’«AAF SummerUniversity 2018» a pour objectif de partager l’expérience et l’expertise scientifique acquise à l’étranger avec la communauté scientifique en Algérie.
Il s’agit aussi d’établir un lien entre les étudiants en Algérie et la communauté scientifique algérienne basée en Algérie et à l’étranger et de développer un réseau entre ces professionnels. Cette démarche inclusive vise également à promouvoir la future génération de scientifiques algériens, à créer des opportunités de collaboration et aussi à développer les possibilités d’accueil à l’étranger en construisant des ponts réels, basés sur des actions concrètes, explique ce scientifique algérien qui dirige à New York une banque de données du service de mélanome et d’immunothérapie.
SalimaEttouahria

-----------------//////////////////////

Portes ouvertes du 24 juillet au 8 août

Le recteur de l’université des sciences et des technologies Houari Boumediène, M. Mohamed Saïdi a indiqué, hier, que son établissement abritera des journées portes ouvertes réservées aux nouveaux bacheliers 2018.  «Ces derniers ou leurs parents seront accueillis par un staff mobilisé à cet effet, afin de leur présenter les différentes offres de spécialités et les domaines de recrutement disponibles au niveau de l’USTHB», a précisé M. Saïdi dans une déclaration en marge de l’université d’été organisée par la fondation algéro-américaine à l’USTHB. Il sera question également, selon M. Saïdi, d’expliquer aux nouveaux étudiants universitaires, la circulaire ministériel 2018 et le système de choix et d’orientation ainsi que les étapes à suivre lors des inscriptions en ligne. M. Saïdi annonce en outre que l’USTHB commencera à accueillir ces anciens étudiants à partir du 2 septembre au titre de la rentrée 2018-2019, afin d’accomplir les formalités d’inscription et la récupération du certificat et de la carte d’étudiants et l’emploi du temps.  Les cours commenceront, quant à eux, à partir du 9 septembre pour les étudiants alors que les nouveaux bacheliers seront appelés à partir du 16 septembre.    
S. E.

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/125443